Estuaire de l'Orne

Calvados (14)

La morphologie de l’estuaire de l’Orne de Caen à la mer a été considérablement modifiée suite à la création du canal en 1857. Le fleuve de l’Orne, après avoir traversé Caen, se dédouble en deux lignes tendues qui organisent le territoire. Ces deux fils d’eau, Orne et canal, compris entre deux plateaux agricoles et urbains, inspirent des paysages très variés qui évoluent à travers eux. Le profil ouest guidé par le canal, donne une vision portuaire et industrielle. A l’est, la rivière change au rythme des marées pour alimenter un patrimoine de nature : la baie de l’Orne.

L’endiguement de la rivière a induit la disparition du schorre sur la majeure partie du site. Les flancs de l’Orne ont été poldérisés jusqu’à son embouchure. La digue du marais de Cagny a été construite au XVIIIème siècle, transformant l’ancien méandre et ses prés-salés en prairies humides pâturées. Le polder des Terrains François résulte d’un endiguement récent (années 1960) sur un lais de mer. Ainsi, en aval du barrage de Montalivet (Caen), la zone d’expansion latérale des habitats et des crues maritimes n’est plus présente que sur environ 1/5ème du linéaire du fleuve.

En 2011, la digue du marais de Cagny a cédé entrainant une inondation des zones basses. Lors des grandes marées, la mer dépasse occasionnellement le sommet de la digue obligeant à fermer périodiquement la piste cyclable aménagée sur la crête de l’ouvrage. Il convient de réfléchir à son devenir et plus largement aux terrains situés en arrière.

Aujourd’hui, les éléments de connaissance disponibles sur ce site montrent que le maintien en l’état de ces polders n’est pas l’unique façon d’appréhender l’avenir de ce territoire. En effet, le retour à une végétation de prés salés sur le secteur des Terrains François présente des intérêts économiques, de biodiversité et de paysage certains.

Sur les marais de Cagny, le programme LiCCo (Littoraux et Changements Côtiers), mené de 2011 à 2014 a ap­porté des éléments de compréhension de l’évolution de de l’estuaire de l’Orne. Une réflexion commune a été menée avec l’ensemble des acteurs locaux sur ce que pourrait être le littoral de demain. L’adaptation de cet estuaire dans un contexte de réchauffement climatique et d’élévation du niveau de la mer s’appuie donc sur :

  • une vision à 2050 : l’essor d’un grand territoire estuarien, plus large, plus profond pour une plus grande résilience climatique ;
  • une trajectoire à 2025 : la mise en œuvre de projets concrets et localisés de décloisonnement latéral et de mobilité de la bande côtière

L’Orne, fortement chenalisée, manque d’espace d’expansion de crues : cela pose la question du décloisonnement des polders et marais attenants dans une perspective d’adaptation au changement climatique.

Projet adapto pour le site :

Sur Sallenelles, la démarche consiste à définir avec les acteurs locaux les aménagements d’ouverture au public lors de la remise en eau des Terrains François.

Concernant le marais de Cagny, un processus de réflexion et de définition de projet est à engager, en premier lieu par les approches historiques et paysagères, puis par la définition de scénarios prospectifs. Dans un scénario d’élévation du niveau de la mer, d’érosion et de remontée des nappes phréatiques, la digue actuelle du marais de Cagny deviendrait obsolète et son action de pro­tection nulle. En s’appuyant sur cette analyse, le Conservatoire du littoral et le Conseil Départemental du Calvados, gestionnaire des espaces naturels, travaillent sur une alternative de la piste cyclable.

En cas de restauration du caractère maritime du marais, des promenades pédestres, cyclables et fluviales offrent alors de nouvelles ambiances de visites au public. Partant de la Maison de la Nature et de l’Estuaire, ces cheminements participent au maintien son attractivité au cœur de la baie. En parallèle, une concertation est à mener avec Normandie Cabourg Pays d’Auge, la Chambre d’Agriculture, la Safer, le Conservatoire du littoral et les agriculteurs locaux pour planifier l’évolution progressive de leurs outils de travail dans les années à venir pour ce scénario.

Esquisse à 2050 : renaturation de l’embouchure de l’estuaire de l’Orne – source approche paysagère (étude ENSP)
Etude Esquisse à 2050 : Télécharger le fichier

De plus, intégrer le changement climatique oblige à voir plus large que la simple embouchure de l’estuaire de l’Orne (zone d’intervention du Conservatoire du littoral). Redonner un caractère maritime à l’Orne nécessite une stratégie réfléchie à l’échelle de l’Orne et donc de Caen jusqu’à la mer. Envisager l’adaptation à travers différentes étapes d’ici 2050 sollicite l’intervention de divers acteurs :

  • Le Département du Calvados (voie verte, espaces naturels sensibles, …), le CPIE
  • La Ville de Caen, la Communauté Urbaine Caen la Mer, la Communauté de Communes Normandie Cabourg Pays d’Auge et les communes situées à l’aval de l’estuaire (GEMAPI, Documents d’urbanisme, aménagement urbain de la presqu’île…)
  • Ports Normands Associés (schéma directeur d’aménagement portuaire)
  • Les services de l’Etat (Plan de Prévention des Risques).

Pour le Conservatoire du littoral, trois perspectives sont à envisager. 

Télécharger le fichier (Trois perspectives à envisager sur l’Estuaire de l’Orne)

Enfin, la sensibilisation du grand public constitue un enjeu important faisant l’objet d’actions artistiques et pédagogiques en collaboration avec le CPIE de l’Orne pour donner à voir ce que pourrait être demain.

(Publication pour l'exposition Debout les vaches la mer monte.png)

Chronique de site

2008 : Inscription de la remise en eau des Terrains François dans le plan de gestion de l’Estuaire de l’Orne.

2010 : Projet des Terrains François devient une mesure compensatoire de l’extension du terminal Ferry.

2011 : Validation du Docob du site Natura 2000 intégrant l’opération d’accompagnement de la remise en eau.

2013/2014 : Etude de faisabilité très technique, orientée biodiversité et gestion des risques.

2014 : Refus de la population locale et du conseil municipal de Sallenelles des travaux.

2015 : Opposition au projet lors de la réunion publique. Impossibilité d’instaurer une démarche collaborative pour définir les aménagements du site.

2016 : Enquête du CPIE Vallée de l’Orne, sollicitant les habitants de Sallenelles sur une dépoldérisation douce des Terrains François : diagnostic des pratiques et usages, identification des sentiers emblématiques, définition des attentes et recueil de propositions d’aménagements pour accueillir le public sur le site.

2017 : Approche paysagère de l’Estuaire de l’Orne Télécharger le fichier (Etude paysagère Estuaire de l'Orne ENSP 2018) + Intégration des proposition d’aménagements issues de l’enquête de la population pour maintenir l’ouverture au public du lieu dans le projet de remise en eau.

22 septembre 2017 : Approbation par le Comité de Pilotage de la solution technique du dalot et des aménagements connexes en faveur de l’accueil du public.

16 janvier 2017 et 09 janvier 2018 : Validation du projet des terrains François par les conseils municipaux de Merville-Franceville et de Sallenelles.

15 juin 2018 : Réflexion pour envisager des alternatives à la voie verte sur les marais de Cagny avec le Département et la Communauté de Communes Normandie Cabourg Pays d’Auge.

20 août 2018 : Elaboration d’un programme d’actions pédagogiques par le CPIE Orne auprès de 3 collèges et la création d’une exposition.

07 septembre 2018 : Etudier l’impact de l’élévation du niveau de la mer sur le biseau salé autour de l’estuaire (DREAL).

22 octobre 2018 : Echange avec Ports Normands Associés pour intégrer Adapto dans le Schéma d’aménagement portuaire.

15 novembre 2018 : Retour d’expériences du Life CACTUS dans le golfe du Morbihan (évolution du paysage, adaptation du bâti,…).

20 novembre 2018 : Présentation de la démarche adapto à la commission « Littoral et Tourisme » de la communauté Urbaine de Caen la mer. Télécharger le fichier (Présentation adapto à la com Urbaine Caen la mer_Commission Littoral_20181120.pdf)

12 décembre 2018 : Présentation de la démarche adapto à M. Joyau, Adjoint au maire de Caen.

19 décembre 2018 : Comité de gestion Estuaire de l’Orne.

07 février 2019 : Présentation de la démarche adapto au Conseil de rivages Normandie.

06 mars 2019 : Présentation de la démarche adapto à la commission « Environnement, Développement Durable et Déchets » de la communauté Urbaine de Caen la mer. Télécharger le fichier (Présentation adapto à la com Urbaine Caen la mer_Commission Environnement Dev Durable_20180306.pdf) 

14 mars 2019 : Présentation de la démarche Adapto à la commission « Cycle de l’Eau » de la communauté Urbaine de Caen la mer. Télécharger le fichier (Présentation adapto à la com Urbaine Caen la Mer_commission cycle de l'eau_20180314.pdf) 

Ligne de temps

Epoque gallo-romaine

La mer rentrait à l’intérieur des terres sur 16 km. Comblement progressif par les alluvions marines et fluviales.

Moyen-Age

Extraction de sel

1751

Diminution de la taille des dunes de Merville (de 487 m à 18 m => perte de 460 m de largeur)

1779

Début de la construction des trois redoutes (fortification militaire) de l’estuaire de l'Orne.

1785

Réalisation d’une cartographie précise de l’estuaire de l’Orne.

De 1798 à 1857

Aménagement pour améliorer les conditions de navigation de Caen à la mer :
- endiguement de l’Orne (poldérisation du marais de Cagny entrainant la disparition des prés salés au profit de prairies humides pâturées) ;
- construction du canal (de 1938 à 1857), de digues portuaires (1840) et de jetées en charpente dans le chenal d’accès à Ouistreham (1860).

1876

1ère digue de protection de la station balnéaire à Ouistreham.

1887

1ère digue de protection de la station balnéaire sur Merville-Franceville-Plage.

1913

1ère digue de défense au lieu-dit la pointe du siège à Ouistreham.

De 1911 à aujourd’hui

Migration du port de Caen vers la mer par la réalisation de différents bassins.
Terminal du ferry créé à Ouistreham en 1986, agrandi en 1992 et 2012.

1939-45

Construction du mur de l’atlantique (batterie de Merville) et libération de juin 1944 (site historique du Pégasus Bridge).

1950-1960

Dernier endiguement de l’Estuaire pour gagner le polder des Terrains François.

1984

Définition d’une Zone d’intervention du Conservatoire du littoral.

2001

Construction du Maresquier, ouvrage de déversement du surplus de l’eau du canal vers l’Orne en période de crue.

2005

Estuaire de l’Orne classé site Natura 2000.

2011

Rupture de digue et inondation des zones basses du Marais de Cagny.

2011-2014

LiCCo - projet franco-anglais accompagne les populations côtières pour se préparer, s’adapter aux effets du changement climatique et à l’évolution de la bande littorale. Voir plaquette LiCCo. Télécharger le fichier

Pas de billet posté.

Estuaire de l'Orne en images

Estuaire de l'Orne en images

pictogramme newsletter

Newsletter

Tenez-vous au courant des dernières informations en vous inscrivant à la newsletter

Haut de page